Il y a 221 ans : le massacre des Lucs-sur-Boulogne

Alors qu'en 2015, on s'émeut - à juste titre - des massacres de populations en Afrique, au Moyen-Orient ou en Asie, il peut être utile de rappeler que ce n'est pas une invention de notre siècle que de perpétrer un génocide.

En 1794, le 28 février, durant les Guerres de Vendée, les Colonnes Infernales dépêchées par la Convention née de la Révolution Française, rentrent dans les Lucs-sur-Boulogne et massacrent femmes, enfants, vieillards, bien incapables de se défendre et qui avaient tenté de se réfugier dans l'église. Tout le monde ne peut y entrer. Les soldats massacrent à la baïonnette ceux qui sont à l'extérieur puis mettent le feu à l'église afin de brûler vivants ses occupants.

A cette époque, on ne parlait pas encore de génocide, le mot n'ayant été inventé qu'en 1944 par un polono-américain pour décrire les crimes nazis. Mais en 1794, Gracchus Babeuf parle dans ses écrits de populicide au sujet des Guerres de Vendée. Et ce massacre des Lucs était l'un des nombreux épisodes de la répression visant à exterminer les "brigands de la Vendée", selon la volonté écrite et attestée des membres de la Convention, dont Robespierre, si cher au coeur de certains aujourd'hui. Des ordres auquels se sont soumis sans état d'âme les troupes républicaines fidèles à la Révolution.

On dénombrera, selon le curé Barbedette, 564 morts dans l'église et les villages environnants. Alexandre Soljenytsine, le dissident russe, lors de l'inauguration du 25 septembre 1993, n'hésitera pas à faire un parallèle entre la Terreur Révollutionnaire française et celle de la Révolution Russe du XXe siècle. Certains diront que le terrorisme est un mal protéiforme et que la Terreur de 1792-94 en France a sans doute inspiré depuis 200 ans nombre de tyrans de par le monde. Il est peu probable que ce rapprochement sémantique soit du goût des plus jacobins de nos dirigeants.

Ces guerres auront fait de 150.000 à 300.000 morts selon les auteurs.

Retrouvez ici l'excellente émission "l'Ombre d'un Doute" que Franck Ferrand avait consacré aux Guerres de Vendée en 2012.

Add a comment

Les Epaves de la Mémoire - Vendée 1944

Il y a 70 ans, dans la nuit du 27 au 28 août 1944, les troupes allemandes abandonnaient leur occupation de la station balnéaire des Sables d'Olonne, laissant derrière eux des installations portuaires détruites et des plages minées.

Michel Vrignaud, dentiste sablais désormais en retraite, a consacré la majeure partie de son temps libre à plonger dans toutes les mers du monde en compagnie d'Hélène, sa femme. Passionné de vidéo, il a depuis des décennies réalisé des films de plongée sous-marine exceptionnels.

A l'occasion du 70ème anniversaire du Débarquement en Normandie des troupes alliées, il réédite un DVD "collector" consacré aux épaves qui gisent au large des côtes vendéennes. Plus précisément des vestiges des combats qui ont eu lieu durant l'été 1944, quand la flotte allemande était pourchassée par l'aviation britannique notamment dans le Golfe de Gascogne.

Ce DVD est complété par un film de la commémoration du cinquantenaire, à Brétignolles et aux Sables, en 1994, en présence des témoins et des survivants. Au total, 75 minutes d'archives que vous ne verrez nulle part ailleurs. (En vente ici)

Add a comment

Les 70 ans de la Libération des Sables

Il y a 70 ans, Les Sables d'Olonne étaient libérés. Comme chaque année, les passionnés d'histoire contemporaine célèbrent l'événement afin d'entretetenir la mémoire et de transmettre les témoignages. L'actualité récente, qui sera l'Histoire de demain, montre que cette mission n'est pas vaine.

C'est donc sur deux jours, les 23 et 24 août, que HMP (Histoire, Mémoire et Tradition) a convié les spectateurs à venir découvrir expositions, reconstitution et animations au Prieuré St Nicolas de La Chaume.

Le premier temps fort de ce week-end de commémoration a été le passage, vers 11h d'un Mosquito dans le ciel sablais. Ce bomnardier anglais de légende, dont il ne resta aucun exemplaire volant, hormis celui qu'on a pu voir, fut un des héros de la seconde guerre mondiale. Construit en bois, il était l'ancêtre des avions furtifs, invisible aux radars. Mais ils ont tous très mal vieilli, sauf ceux qui sont dans les musées, mais incapables de voler.

Celui que nous avons vu a été construit à l'identique en Vendée, au format 3/4, et participe désormais à nombre de meeting aériens internationaux. C'est pas amitié que ses pilotes sont rendu hommage aux combattants sablais et à Jean-Pierre Brunet, le premier président de HMP, décédé en 2009, auquel l'association a rendu hommage au cimetière de la Rénaie le samedi matin.

La manifestation se poursuivra demain dimanche, avec de nombreuses animations gratuites : défilé de véhicules militaires anciens à 10h30, cérémonie au monument des péris en mer à 11h, vin d'honneur, largage de paras vers 12h30, nouveau passage du Mosquito vers 15h ou 16h et bien sûr toutes les animations et expositions sur place...

(Images Alain Charrier)

Add a comment

Remise des prix du Challenge de la Mémoire

Le 23 mai, Marcel Hordenneau, Président de l'Amicale des Déportés Sablais, remettait aux 110 élèves de troisième du Collège Notre Dame de Bourgenay, des Sables d'Olonne, leurs récompenses pour leur participation au Challenge de la Mémoire.

Ce travail de rédaction consiste à mettre par écrit les impressions, les sentiments, les enseignements nés de l'écoute préalable du témoignage de celui qui fut déporté de 1943 à 1945 et qui a échappé à une mort programmée.

Ce sont plus de 110 élèves de 5 classes de troisième qui ont participé au Collège ND de Bourgenay cette année. Deux rédactions ont plus particulièrement attiré l'attention du jury et ont valu à leurs auteurs un premier prix soulignant la qualité du travail fourni.

(Images : Alain Charrier)

Add a comment

90 ans d'Olona : plébiscite pour un musée de la mer

Certains redoutaient que le projet de Musée de la Mer ne disparaisse avec l'accession de Didier Gallot au poste de premier magistrat de la ville des Sables d'Olonne.

Samedi, lors de l'inauguration de l'exposition organisée pour les 90 ans de la société Olona, l'édile a tenu à rassurer son auditoire sur ses intentions. Il maintient le projet, mais souhaite en avoir une approche différente de ses prédécesseurs. Il faut trouver un nouveau lieu, des financements et sûrement d'autres partenaires, dans une perspective de fusion des communes qui semble devoir s'imposer.

Tout au long du week-end, plusieurs centaines de personnes sont venues découvrir les trésors qui avaient été sortis des archives de l'association. Et assurément, leur place n'est pas dans un placard, mais au vu et su de tous.

(Images Alain Charrier)

Add a comment
Logo Oceane 2015 250Une info ? Une annonce ?
Un événement ?
Faites-nous en part :
098.456.0044 ou 06.29.56.38.17
boss@futurimedia.fr